Qu'est-ce que l'Alpha de Jensen ? (Définition)

Par définition, l’Alpha de Jensen est un coefficient mesurant l’écart entre les performances réelle et attendue d’un actif ou d’un portefeuille financier.

L'Alpha de Jensen désigne un coefficient mettant en valeur la rentabilité d'un actif ou d'un portefeuille d'actifs sur les marchés financiers. Il indique la surperformance ou la sous-performance de ces derniers par rapport à leur rentabilité attendue.  

L'Alpha de Jensen, étalon des performances boursières

  Nous sommes en 1968 lorsque Michael Jensen développe un coefficient qu'il baptise "Alpha". Popularisé dans les années qui suivent, ses utilisateurs complètent sa dénomination en référence à son créateur, et l'appellent "Alpha de Jensen". Ce coefficient mesure la surperformance d'un actif financier donné. Cet actif peut tout aussi bien être une action, un titre, ou encore un portefeuille entier d'actifs. L'Alpha de Jensen calcule la différence entre la rentabilité effective de l'actif et sa performance initialement espérée. En effet, un actif peut surperformer, en atteignant une rentabilité supérieure à sa performance attendue, ou sous-performer, en s'avérant finalement moins rentable que prévu. 

La performance attendue d'un actif est donnée par le MEDAF, qui calcule sa rentabilité en prenant en compte l'ensemble formé par le taux sans risque et une prime de risque. Par conséquent, la valeur prise par l'Alpha de Jensen correspond au surplus (ou au déficit) de rentabilité de l'actif par rapport aux risques pris par le Trader.  

  Découvrez une nouvelle façon de générer des revenus grâce au Trading 2.0 avec le Pack ARYA Starter !  

Ainsi, si l'Alpha de Jensen est supérieur à 0, cela signifie que l'actif surperforme sa rentabilité théorique. À l'inverse, si l'Alpha de Jensen est inférieur à 0, cela signifie que l'actif sous-performe sa rentabilité théorique. Ce coefficient permet donc d'identifier les investisseurs les plus efficaces, c'est-à-dire ceux qui sélectionnent les actifs les plus rentables au bon moment, afin de dépasser les plus-values attendues. La performance du gestionnaire de l'actif est donc elle aussi évaluée par ce coefficient, notamment ses compétences en matière d'appréhension des risques.